Quand la musique fait mal

Par Sarah Larouche

Il arrive parfois qu’une chanson, lorsque que je l’entends pour la première fois, me « rentre dedans » à un tel point que ça me fait mal.

C’est comme si mon cœur devenait trop gros pour ma poitrine, que la pression devenait trop forte et qu’il devait sortir pour ne pas exploser. C’est comme si mes poumons oubliaient de respirer, qu’ils avaient perdu cette faculté naturelle et innée. C’est comme si mes muscles perdaient tout leur tonus, qu’ils n’arrivaient plus à soutenir mon corps.

Mais malgré toutes ces réactions physiques qui peuvent sembler assez inquiétantes, quand une chanson me « rentre dedans », je voudrais que ça dure éternellement. Pas parce que je suis sado, don’t get me wrong. J’aimerais que ça ne s’arrête jamais parce que c’est un sentiment intense, un sentiment qui me rend de bonne humeur. C’est un mal qui ne fait pas mal pour vrai, c’est plutôt un surplus de bonnes émotions. Le genre de surplus émotionnel qui est typique du fangirling. C’est comme si il y avait une connexion entre l’artiste et moi, un lien direct entre la chanson et mon cerveau.

Dans un moment comme celui-là, j’ai l’impression que la voix du chanteur est tellement près que je pourrais me retourner pour le voir juste derrière moi. En fermant les yeux, c’est possible de s’imaginer à un concert, avec la base qui nous résonne dans le corps et le drum nous fait trembler le cerveau.

Les pièces musicales qui me font sentir comme ça sont rares, trop rares, même. Je ne sais pas pourquoi une chanson me fait passer par toutes ces émotions, tandis que d’autres, non. Il doit bien y avoir une explication scientifique et rationnelle, mais je prône l’idée que la fangirl en moi disjoncte de temps en temps et que mon cerveau ne sait plus où donner de la tête (non, mais quel jeu de mots!).

Peut-être aussi que la fangirl en moi devient trop puissante et que, l’espace d’un instant, prend le contrôle de mes activités cérébrales. Clairement, la réponse se trouve dans une de ces hypothèses! Comme quoi j’aurais dû orienter ma carrière en biologie.

En tout cas, je ne sais pas trop où je voulais aller avec tout ça, mais j’espère vraiment que quelqu’un, quelque part, s’identifiera au « mal qui ne fait pas mal » que je ressens en écoutant certaines chansons. Dans le cas contraire, je viens de passer pour une maudite folle.

Couverture : weheartit

Publicités

Une réflexion sur “Quand la musique fait mal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s